Projet d’ombrière photovoltaïque : une initiative écologique crée la controverse à Angers

Au cœur d’Angers, un projet ambitieux d’ombrière photovoltaïque sur un parking suscite une vive polémique. À première vue, cette initiative semble alignée avec les objectifs de développement durable, mais elle est rapidement devenue le centre d’une controverse en raison de la nécessité d’abattre 19 arbres pour sa réalisation. Ce qui étonne d’autant plus, c’est que ce projet est porté par l’Ademe, l’Agence de la transition écologique, dont la mission est précisément de promouvoir les pratiques respectueuses de l’environnement.

Demandez vos devis en solutions solaires

Un projet aux multiples facettes

L’Ademe, un acteur majeur de la transition écologique, se retrouve au centre d’un paradoxe. En effet, l’agence envisage de couvrir un parking de 1 600 m² avec une ombrière équipée de panneaux photovoltaïques, capable de générer 400 mégawatts par an. Cette énergie représenterait 75% de la consommation énergétique du site. Marc Viot, directeur du site, mentionné par Ouest-France, souligne que le projet est en phase de discussion avec la ville pour peaufiner les détails. Une réponse concernant le permis de construire est attendue pour le 11 mai.

La polémique des arbres abattus

Ce qui fait grincer des dents, c’est surtout la décision d’abattre 19 arbres, dont plusieurs sont en parfaite santé. Parmi eux, sept sapins font l’objet de toutes les attentions. Selon les informations relayées par Ouest-France et Le Courrier de l’Ouest, deux d’entre eux pourraient être épargnés. Cette situation soulève une vague d’indignation parmi les défenseurs de l’environnement et les citoyens attachés à la préservation du patrimoine naturel de la ville.

Le timing de ce projet ne pouvait être plus inopportun, venant peu après l’annonce par le conseil départemental de Haute-Marne de son intention de diagnostiquer 4 000 arbres en bord de route, potentiellement pour en abattre certains dans un souci de sécurité routière. Cette coïncidence a exacerbé la réaction du public, déjà sensible à la cause écologique.

Face à la controverse, l’Ademe promet des mesures compensatoires, notamment la plantation de plusieurs centaines d’arbres dès septembre.

Cette affaire met en lumière les dilemmes auxquels sont confrontés les acteurs de la transition écologique. D’une part, la volonté d’innover et de contribuer à la réduction de l’empreinte carbone, et d’autre part, la nécessité de préserver les espaces verts existants, essentiels à la biodiversité et au bien-être des citoyens.

Demander un devis

Tags associés à l’article : Transition écologique, Polémique à Angers, Ombrière photovoltaïque, Abattage d’arbres, Ademe, Développement durable, Énergie solaire, Compensation écologique

Ne laissez pas votre réseau dans l'ignorance. Partagez cette info en 1 clic 👇